Numero 09/23 de la Conjoncture mensuelle de la dette publique - Septembre 2023

Aspect

Le Directeur Général de la CAA, Secrétaire Permanent du CNDP, Monsieur NOAH NDONGO Adolphe a le plaisir de vous présenter la "Conjoncture Mensuelle de la Dette Publique du Cameroun N°09/23 - Septembre 2023", finalisée le 30 octobre 2023.

Selon les Perspectives de l'Economie Mondiale publiées par le Fonds Monétaire International (FMI) le 05 octobre 2023, l'activité économique mondiale devrait marquer le pas avec une croissance mondiale projetée à 3,0% en 2023, contre 3,5% en 2022 et 6,2% en 2021. Cette tendance baissière devrait se poursuivre en 2024, avec une croissance projetée à 2,9%.

Au plan national, l’activité économique demeure étroitement dépendante (i) des tensions inflationnistes résultant des effets néfastes du conflit russo-ukrainien et de la pandémie de Covid-19 ; (ii) de la situation socio-économique dans les régions de l'Extrême-Nord, du Nord-Ouest et du Sud-Ouest ; et (iii) de la mise en œuvre de la Stratégie Nationale de Développement (SND-30), notamment en ce qui concerne l’objectif de transformation structurelle de l’économie. Malgré le contexte difficile qui prévaut, le taux de croissance réel du Produit Intérieur Brut (PIB) est projeté à 3,9% en 2023, contre 3,6 % en 2022 et 3,3 % en 2021. Cette progression serait principalement portée par le secteur non pétrolier, avec une croissance attendue autour de 4,2 % en 2023, contre 3,5 % en 2021, et 3,8 % en 2022.

La présente note de conjoncture retrace sur les neuf (09) premiers mois de l’année 2023, l’évolution des principaux agrégats de dette, lesquels se présentent au 30 septembre 2023 comme suit :

  1.  L’encours de la dette du secteur public est évalué à environ 12 510 milliards de FCFA, soit 43,9% du PIB. Cet encours a enregistré une baisse de 0,2% en glissement annuel contre une hausse de 2,9% en glissement trimestriel et1,4% en glissement mensuel ;
    • La dette du secteur public se compose de (i) 92,9% de dette directe de l’Administration Centrale (y compris la dette rétrocédée aux Entités publiques), (ii) 7,0% de dette des entreprises publiques, et (iii) 0,1% de dette des Collectivités Territoriales Décentralisées ;
  2.  La dette directe de l'Administration Centrale s'élève à 11 623 milliards de FCFA, correspondant à 40,8% du PIB. Comparativement aux mois et trimestre précédents, elle a augmenté respectivement de 1,5% et 3,1% (prise en compte des emprunts obligataires de 176,7 milliards de FCFA en juillet 2023). En glissement annuel, cet encours est en hausse de 0,4%. En termes de composition, l’encours de la dette de l’Administration Centrale est constitué de 69,3% de dette extérieure et de 28,7% de dette intérieure, y compris les Restes à Payer (RAP) de plus de 3 mois ;
  3.  La dette directe des Etablissements et Entreprises Publics à fin septembre 2023 est estimée à 877 milliards de FCFA, soit 3,1% du PIB, en augmentation de 0,5% par rapport au mois d'août 2023, contre une baisse de 0,5% par rapport au trimestre précédent et de 7,8% en glissement annuel. En ce qui concerne la composition de cette dette, 58,3% provient de partenaires extérieurs, tandis que 41,7% provient de partenaires intérieurs ;
  4.  Les passifs conditionnels explicites de l’Etat sont évalués à 4 941 milliards de FCFA et représentent 17,9% du PIB à fin septembre 2023. Ces passifs, se composent de 0,2% de la dette garantie par l’Etat du Cameroun et de 99,8% des investissements sous forme de Partenariats Publics Privés (PPP) ;
  5.  Le service de la dette effectivement réglé par l’Etat (Hors Restes à Payer et remboursement BTA) en septembre 2023 est évalué à 98,1 milliards de FCFA, dont 74,0 milliards de FCFA pour le remboursement du principal et 24,1 milliards de FCFA pour le paiement des intérêts ;
    • Ce service est consacré à : i) 73,6% au règlement de la dette extérieure, et (ii) 26,4% au règlement de la dette intérieure ;
    • Le cumul de la dette réglée de janvier à septembre 2023 s’élève à 896,1 milliards de FCFA dont 76,7% de remboursement du principal et 23,3% de remboursement d’intérêts et commissions ;
    • En perspective, pour le quatrième trimestre de l’année 2023, il est prévu le règlement d’un service de 376,9 milliards de FCFA, dont 184,0 milliards de FCFA au titre de la dette extérieure et 192,9 milliards de FCFA au titre de la dette intérieure.
  6.  Au cours des neuf premiers mois de l’année 2023, le cumul des engagements extérieurs signés s’élève à 321,0 milliards de FCFA, dont 100% sous forme de prêts projets ;
    • Par ailleurs, le montant des décrets en instance, en attente de signature des conventions y afférentes est estimé à environ 403,1 milliards de FCFA au 30 septembre 2023 ;
  7. Les tirages effectués au cours du mois de septembre 2023 sur les emprunts publics ont porté sur un montant d’environ 151,2 milliards de FCFA, dont 86,0% de tirages intérieurs et 14,0% de décaissements extérieurs ;
    • Au cours des neuf premiers mois de l’année 2023, le cumul des décaissements effectués s’élève à 1 152,6 milliards de FCFA, dont 67,2% de décaissements effectués auprès des bailleurs de fonds nationaux, et 32,8% de décaissements effectués sur les ressources extérieures ;
  8.  Les SEND’s sont estimés à fin septembre 2023 à environ 3 644,3 milliards de FCFA, dont 160,2 milliards de FCFA à décaisser au titre des appuis budgétaires ;
    • Ces SEND’s attendus de l’extérieur ont enregistré une hausse de 2,5% en glissement mensuel, contre une baisse de baisse respective de 0,8% en glissement trimestriel et de 8,5% en glissement annuel.
  9.  Enfin, considérant la dette libellée en FCFA comme étant la dette intérieure, et la dette libellée en devise comme étant celle extérieure, le profil coûts et risques du portefeuille au 30 septembre 2023 se présente comme suit :
  • le ratio de la dette de l'Administration Centrale (hors Restes à Payer de plus de trois mois) par rapport au PIB s'élève à 40,2%, dont 28,3% pour la dette extérieure et 11,9% pour la dette intérieure ;
  • le coût moyen pondéré de la dette demeure stable, autour de 2,3%. Ce taux est identique à celui enregistré à fin août 2023, dont 2,1% pour la dette extérieure et 2,7% pour la dette intérieure (le taux d’intérêt des obligations avoisine 6% hors BTA) ;
  • la durée moyenne de refinancement du portefeuille global est estimée à 7,8 années, composée de 9,2 années pour la dette extérieure, comparée aux 9,4 années enregistrées à la fin du mois de août 2023, et de 4,4 années pour la dette intérieure, restant stable par rapport au trimestre précédent ;
  • la part de la dette, dont les termes devront être renouvelés en 2024 s'élève à 25,2%, composée de 27,9% pour la dette extérieure et de 18,7% pour la dette intérieure ;
  • le risque de taux d'intérêt se traduit par une exposition d'environ 16,5% de la dette aux fluctuations des taux d'intérêt, légèrement supérieure aux 16,4% enregistrés à fin août 2023 ;
  • la part de la dette libellée en devises autres que le FCFA a diminué par rapport au trimestre précédent et représente 70,4% du portefeuille global. Toutefois, ceci équivaut à une exposition réelle de 42,9% du portefeuille, compte tenu de la dette libellée en euros, qui représente 27,5% de la dette totale.

Vos observations sont toujours bienvenues pour l’amélioration de la gestion de la dette et des finances publiques du Cameroun, nécessaires pour l’atteinte des différents objectifs.