Numero 06/23 de la Conjoncture mensuelle de la dette publique - Juin 2023_

Aspect

Le Directeur Général de la CAA, Secrétaire Permanent du CNDP, Monsieur NOAH NDONGO Adolphe a le plaisir de vous présenter la "Conjoncture mensuelle de la dette publique du Cameroun N°06/23 - Juin 2023", finalisée le 21 juillet 2023.

Selon les Perspectives Economiques Mondiales (PEM) publiées le 6 juin 2023 par la Banque mondiale, la croissance mondiale devrait marquer le pas en 2023, pour tomber à 2,1%, contre 3,1% en 2022. En effet, dans un contexte de taux d'intérêts élevés et de resserrement des conditions financières, la croissance a nettement ralenti et le risque de tensions financières dans les économies des pays émergents et en développement s'intensifie. Les anticipations font état d’une révision à la baisse généralisée des économies émergentes et en développement (hormis la Chine) qui devraient voir leur croissance ralentir à 2,9% cette année, contre 4,1% l'année dernière.

L’actualité économique nationale est marquée principalement par : (i) la révision du budget de l’Etat par ordonnance Présidentielle ; (ii) la tenue de la session parlementaire du mois de juin 2023 qui a connu entre autres le Débat d’Orientation Budgétaire ; (iii) la participation du Chef de l’Etat S.E Paul BIYA au sommet pour un nouveau pacte financier mondial tenu à Paris les 22 et 23 juin 2023.

La présente conjoncture retrace sur le second trimestre 2023, l’évolution des principaux agrégats de dette, lesquels se présentent au 30 juin 2023 comme suit (sans prise en compte de l’emprunt obligataire de 176 milliards de FCFA de juin-juillet 2023) :

  1. L’encours de la dette du secteur public évalué à 12 137 milliards de FCFA enregistre une baisse en glissement annuel de 0,4%, en glissement mensuel et de 0,6% par rapport au trimestre précédent ;
    • La dette du secteur public se compose de (i) 92,6% de dette directe de l’Administration Centrale (y compris la dette rétrocédée aux Entités publiques), (ii) 7,3% de dette des entreprises publiques, et (iii) 0,1% de dette des collectivités territoriales décentralisées ;
  2. La dette directe de l’Administration Centrale est évaluée à 11 240 milliards de FCFA, soit 40,6% du PIB. Cet encours enregistre des baisses successives de 1,0% par rapport au mois précédent, de 1,5% en glissement trimestriel et de 0,8% en glissement annuel. Il se compose à : (i) 71,2% de dette extérieure et (ii) 28,8% de dette intérieure, y compris les Restes à Payer de plus de 3 mois ;
  3. La dette directe des Entreprises et Etablissements Publics à fin juin 2023 est estimée à 887 milliards de FCFA, soit 3,2% du PIB. Il enregistre des baisses respectives de, 0,8% par rapport à mai 2023, 1,2% par rapport à mars 2023, et 1,5% par rapport à juin 2022. Quant à sa composition, 57,6% de cet encours est issu des partenaires extérieurs et 42,4% des partenaires intérieurs ;
  4. Les passifs conditionnels de l’Etat sont évalués à 4 941 milliards de FCFA et représentent 17,9% du PIB à fin juin 2023. Ces passifs, se composent de 0,2% de la dette garantie par l’Etat du Cameroun et de 99,8% des investissements sous forme de Partenariats Publics Privés (PPP) ;
  5. Le service de la dette effectivement réglé par l’Etat (Hors Restes à Payer et remboursement BTA) est évalué à 69,6 milliards de FCFA, dont 60,8 milliards de FCFA pour le remboursement du principal et 8,8 milliards de FCFA pour le paiement des intérêts ;
    • Ce service est consacré à : i) 71,2% au règlement de la dette extérieure, et (ii) 28,3% au règlement de la dette intérieure ;
    • Le cumul de la dette réglée de janvier à juin 2023 s’élève à 555,1 milliards de FCFA dont 459,3 milliards de FCFA au titre du remboursement du principal et 95,8 milliards de FCFA de remboursement d’intérêts et commissions ;
    • En perspectives, pour le troisième trimestre de l’année 2023, il est prévu le règlement d’un service de 386,8 milliards de FCFA, dont 306,4 milliards de FCFA au titre de la dette extérieure et 80,4 milliards de FCFA au titre de la dette intérieure.
  6. Au cours du premier semestre 2023, le cumul des engagements extérieurs signés s’élève à 106,4 milliards de FCFA, dont 100% sous forme de prêts projets ;
    • Par ailleurs, le montant des décrets en instance, en attente de signatures y afférentes est estimé à environ 114,7 milliards de FCFA au 30 juin 2023 ;
  7. Les tirages sur les emprunts publics ont porté sur un montant d’environ 76,7 milliards de FCFA, dont 53,7% des ressources mobilisées sur le marché intérieur et 46,3% à l’extérieur ;
    • Au cours du premier semestre 2023, le cumul des décaissements effectués s’élève à 619,1 milliards de FCFA, dont 58,2% auprès des bailleurs de fonds intérieurs et 41,8% auprès des bailleurs extérieurs ;
  8. Les SEND’s estimés à fin juin 2023 environ 3 745,5 milliards de FCFA, dont 203,1 milliards de FCFA d’appuis budgétaires à décaisser progressivement auprès du FMI, de la BAD et de la France jusqu’à la fin du programme en cours (2024) ;
    • Ces SEND’s ont enregistré une baisse de 1,7% en glissement mensuel, de 2,1% en glissement trimestriel et de 2% en glissement annuel, et proviennent exclusivement des engagements extérieurs ;
  9. Enfin, le profil de coûts et risques du portefeuille au 31 mars 2023 se présente comme suit :
  • L’encours de la dette de l’Administration Centrale hors Restes à Payer de plus de trois mois est évalué à 11 023 milliards de FCFA, soit une baisse de 1,5% en glissement trimestriel ;
  • Le ratio de la dette de l’Administration Centrale (Hors Restes à Payer de plus de 3 mois) sur le PIB représente 39,8%, dont 28,8% pour la dette extérieure et 11,0% pour la dette intérieure, contre 39,8%, dont 28,8% pour la dette extérieure et 11,0% pour la dette intérieure à fin mars 2023 ;
  • Le coût moyen pondéré de la dette est stable en glissement trimestriel et se situe à 2,3% taux identique à celui à fin mars 2023, soit 2,1% en dette extérieure, et 3,0% en dette intérieure ;
  • La durée moyenne de refinancement du portefeuille enregistre une légère baisse de 1,4% en glissement trimestriel et est estimée à 8,1 années, soit 9,3 années pour la dette extérieure contre 9,4 années à fin mars 2023 et 4,8 années pour la dette intérieure, contre 4,7 années le trimestre précédent ;
  • Le poids de la dette, dont les termes sont à refixer l’année prochaine se chiffre à 26,0% (contre 26,4% le trimestre précédent), soit 28,0% pour la dette extérieure, contre 28,3% à fin mars 2023 et 20,7% pour la dette intérieure, contre 21,4% au 31 mars 2023 ;
  • Le risque de taux d’intérêt est traduit par l’exposition d’environ 16,5% de la dette aux fluctuations de taux d’intérêt, contre 16,4% à fin mars 2023 ;
  • La part de la dette libellée en devises autres que le FCFA est en baisse par rapport à celle du trimestre précédent et est estimée à 72,3% du portefeuille global, soit une exposition réelle de 44,1% du portefeuille, considérant la dette libellée en euro, évaluée à 28,2% de la dette totale, contre une exposition de 44,9% à fin mars 2023.

Vos observations et commentaires sont toujours les bienvenus pour l’amélioration de la gestion de la dette publique du Cameroun et son développement durable.