Numero 09/21 de la Conjoncture mensuelle de la dette publique - Septembre 2021

Aspect

Le Directeur General de la CAA a le plaisir de mettre à votre disposition la "Conjoncture mensuelle de la dette publique du Cameroun N° 09/21-Septembre 2021", du 29 octobre 2021, révisée le 11 novembre 2021, après la prise en compte du cadrage macroéconomique arrêté pour le projet de Loi de Finances 2022 (niveau du PIB).

Cette conjoncture est produite dans un contexte mondial caractérisé par une légère révision à la baisse de la croissance mondiale et une tendance à la remontée de l’inflation. Suivant les Perspectives de l’Economie Mondiale du FMI mises à jour au mois d’octobre 2021, la croissance économique mondiale devrait atteindre 5,9% du PIB en 2021, soit une baisse de 0,1 point de pourcentage par rapport aux prévisions du mois de juillet 2021. L’inflation mondiale pourrait se chiffrer en 2021 à 4,35%, et la dette publique mondiale devrait atteindre 97,8% du PIB en 2021.

Sur le plan national, les travaux relatifs à l’élaboration de la Stratégie d’Endettement à Moyen Terme 2022-2024, annexe de la Loi de Finances 2022, et de l’Analyse de la Viabilité de la Dette publique sur la période 2021-2041 se poursuivent sous la houlette du Comité National de la Dette Publique (CNDP). Suivant les récentes estimations, la croissance de l’économie camerounaise est projetée à 3,5% en 2021 contre 0,5% en 2020, et l’inflation devrait être maitrisée en dessous de 3%. S’agissant des ratios de dette, ils sont maitrisés et se présentent comme suit à fin septembre 2021 :

1.     L’encours de la dette du secteur public, est estimé à 11 109 milliards de FCFA, (soit 45% du PIB) et augmente de 0,3% par rapport au mois précédent, de 3,3% en glissement trimestriel et de 8% en glissement annuel. Par rapport à la situation au 31 décembre 2020, il enregistre une croissance de 6,9%. Cette dette est composée de  91,8% de dette directe et garantie de l’Administration Centrale évaluée à 10 207 milliards de FCFA (soit 41,3% du PIB), et 8,2% de dette des Entreprises et Etablissements Publics  évaluée à 902 milliards de FCFA, soit 3,7% du PIB. Cette relative baisse du ratio de la dette par rapport au PIB s’explique aussi par le rebasage du PIB qui a contribué à une augmentation du PIB en valeur;

2.     Le service effectif de la dette publique (hors Restes à Payer et hors remboursement de BTA), a été réglé à hauteur de 41,4 milliards de FCFA, dont 32,2 milliards de FCFA pour le remboursement du principal. Ce service est destiné pour 61,9% aux créanciers extérieurs et  38,1% aux créanciers intérieurs. A fin septembre 2021, le service cumulé de la dette publique (hors Restes à Payer et hors remboursement de BTA) réglé depuis le début de l’année 2021, est évalué à 835,9 milliards de FCFA, dont 664 milliards de FCFA de remboursement de principal ;

3.     Dans le cadre de l’Initiative de Suspension du Service de la Dette (ISSD) du G20 et des pays membres du Club de Paris, le Cameroun a bénéficié au cours du mois de septembre 2021 d’un allègement de 13,4 milliards de FCFA, portant ainsi le cumul des allègements obtenus entre janvier et septembre 2021 à 115,3 milliards de FCFA;

4.    Une (01) nouvelle convention de financement pour un montant de 3 milliards de FCFA a été signée au cours du mois de septembre 2021, portant à 771,7 milliards de FCFA le montant total des engagements signés au 30 septembre 2021 depuis le début de l’année 2021,dont 147 milliards de FCFA non concessionnels et 449,3 milliards de FCFA d’Eurobond ;

5.    Les décrets d’habilitation du Chef de l’Etat en attente de signature de conventions de financement au 30 septembre 2021 sont au nombre de six (06) pour un montant global d’environ 261 milliards de FCFA, dont 6,8 milliards de FCFA en non concessionnels. Il importe de relever que trois (03) conventions de prêts  concessionnels pour un montant d’environ 236 milliards de FCFA ont été signées le 12 octobre 2021  ;

6.     Les décaissements effectués au cours du mois de septembre 2021 se chiffrent à 48,4 milliards de FCFA, mobilisés à 54,9% auprès de créanciers intérieurs et à 45,1% auprès de créanciers extérieurs, portant le cumul des décaissements effectués entre janvier et septembre 2021 à 1 470 milliards de FCFA, dont 64,4% des emprunts extérieurs et 35,6% des emprunts intérieurs;

7.    Les SEND’s sont estimés à environ 3 168 milliards de FCFA milliards de FCFA dont 3 158 milliards de FCFA de SEND’s Extérieurs et 10 milliards de FCFA de SEND’s intérieurs à fin septembre 2021;

8.   Enfin, considérant la dette libellée en FCFA comme étant la dette intérieure et la dette libellée en devises comme étant la dette extérieure, le profil de coûts et de risques du portefeuille de la dette de l’Administration Centrale au 30 septembre 2021 se présente comme suit :

  •  Le niveau d’endettement rapporté au PIB se situe à 40,5%, dont 29,5% pour la dette extérieure et 10,9% pour la dette intérieure contre une évaluation de 39,7% dans la Conjoncture N°06/21-juin 2021, du fait du relèvement des prévisions du PIB dans le nouveau cadrage macro budgétaire ;
  •  Le coût moyen pondéré de la dette enregistre une hausse de 0,4% en glissement trimestriel et se situe à 2,6%, soit 2,4% en dette extérieure et 2,9% en dette intérieure ;
  •  La durée moyenne de refinancement du portefeuille global est estimée à 7,6 années, soit 9,0 années pour la dette extérieure après le reprofilage su service de la dette par l’émission d’un Eurobond de 450 milliards de FCFA en juillet 2021, pour le rachat de l’eurobond de 2015 de maturité restante de 4 ans, et 4,0 années pour la dette intérieure traduisant les maturités plus courtes de la dette intérieure ;
  •  Le poids de la dette dont les termes sont à refixer augmente de 0,6% par rapport l’évaluation faite le 30 juin 2021 et se situe à 27,3%, soit 30,0% pour la dette extérieure et 20,4% pour la dette extérieure ;
  •  La part de la dette totale exposée aux fluctuations des taux d’intérêts est de 19,6%, contre une évaluation de 20,3% le 30 juin 2021 ;
  • L’exposition du portefeuille au risque de change a légèrement augmenté, passant de 72% à la fin du trimestre dernier à 73,0% à fin septembre 2021, dont 28,2% libellé en euros.